N, l'étoile dansante


  • Chorégraphe et interprète : Aurélien Kairo
  • Dramaturge : Guy Boley
  • Assistant Chorégraphe : Sébastien Perrault
  • Création Lumière : Richard Psourtseff
  • Voix de Friedrich Nietzsche : Richard Martin
  • Musique : Richard Wagner, Georges Bizet, René Aubry

« Je ne pourrais croire qu’à un dieu qui saurait danser »

Nietzsche et la danse, c’est l’histoire de toute une vie et de toute une pensée. On a souvent réduit cet antéchrist en mouvement à sa phrase la plus célèbre : « Je ne pourrais croire qu’à un dieu qui saurait danser », alors que Nietzsche n’a cessé, tout du long de son œuvre, de faire référence à la danse, de la sublimer, de l’associer à son personnage de Zarathoustra qui était, pour lui, avant tout : « un danseur ». Danseur de corps ou danseur de corde, peu importe pourvu qu’il s’élevât au-dessus de ses semblables et leur servît d’étoile.

« Danser, c’est avoir plusieurs âmes dans un seul corps »

Car il nous plaît d’imaginer un Nietzsche dansant dans sa tête, un Nietzsche émerveillé et amoureux d’une « Carmen » qui l’a libéré de ses brumes wagnériennes. Nietzsche et Carmen : la grande et belle histoire d’amour de la fin de sa vie. Une Carmen ensoleillée, « africaine », une passionnée, comme lui, avec laquelle enfin il parvient à rire et à danser, du fond de son chaos. Mais comment danser lorsque l’on est immobile, comment montrer l’intérieur d’un cerveau en pleine ébullition lorsque le monde n’est plus fait que de silence et de folie ?

Production


Coproduction : MCNN – Maison de la Culture de Nevers et de la Nièvre, Compagnie De Fakto, le CCN de Rilleux-La-Pape / Cie Maguy Marin, la Région Rhône-Alpes…